LES LIENS n°173

Edito

Lorsque l’on parle de lien aujourd’hui, et particulièrement sur Internet, nous espérons qu’une fenêtre s’ouvre en un clic. Malheureusement quelquefois certains clics nous emmènent vers des virus dont nous avons du mal à nous défaire. Et il est nécessaire d’aller trouver d’autres liens pour nous délier des logiciels malveillants. D’autre part, ces connexions virtuelles simplifiées avec l’autre bout du monde, nous déconnectent souvent de la réalité et peut faire écran avec ceux qui nous entourent immédiatement.

Cette métaphore du lien virtuel sur Internet nous permet déjà de voir l’ampleur des déclinaisons du mot « lien ».

Les liens ? sujet à la mode. Vous ne croyez pas au contraire qu’on en parle un peu trop ?

C’est un de ces mots dont l’on parle souvent et que l’on aime faire. Faire du lien, créer ou tisser du lien de solidarité, d’amitié, voire d’amour… Tellement de liens partout que ces liens nous lient et parfois nous aliènent comme des lierres envahissants.

Et de quoi parle-t-on ?

– Des liens qui libèrent ou de ceux qui aliènent ?

– De ceux qui amènent au paradis ou au Nirvana ou de ceux qui vous conduisent droit à un idée fixe en hôpital psychiatrique, ou en enfer ?

– Du fil conducteur ou de la courroie ?

– De la sangle ou de la ficelle ? Celle qui attache tout comme le blé dans une gerbe, ou comme les amis qui boivent un bon verre ensemble ; ou bien les chaînes qui attachent comme des fers en prison, comme un esclave à son maître ?

Nous avons choisi dans ce numéro de les décliner avec l’étendue de leur champ sémantique, de l’enfermement aux addictions mais aussi les liens qui nous aident à communiquer et à nous rassembler en paix les uns avec les autres, en lien pour que puissent germer de belles plantes.

Bien sûr, l’homme est un animal social, il a besoin des autres. Mais attention, pas tout le temps ! Il ne faut pas empiéter sur son domaine perso, sur sa liberté ! Alors on a inventé, le droit, la loi, les élus, la politique pour rendre les liens équitables…

Il en faut bien de la politique pour éviter de transformer les liens en chaînes ! Et que pensez-vous des liens que nous avons, nous citoyens Occitans, Français, Européens, Mondiaux, avec nos représentants, nos élus ? Existent-ils encore ? Consentis, Subis, Raisonnés, actifs, passifs ?  « Les liens imposés sont des charges, les liens volontaires un besoin ».

Comment vivre nos liens pour qu’ils ne soient pas imposés mais volontaires ?                                                                                                                                   France– Rémi

 

Laisser un commentaire