T-O-Mirail Reynerie Bellefontaine Bagatelle Pradettes Faourette Lafourguette Mirail-Universite Basso-Cambo tous les quartiers
Accueil > Dossiers > Le Grand Projet de Ville > Les habitants de l’immeuble Varese se prononcent contre la démolition

Les habitants de l’immeuble Varese se prononcent contre la démolition

Article proposé le lundi 8 décembre 2008, par Jean Marc Izrine


Dans le cadre du grand projet de ville échafaudé par l’ancienne municipalité, l’immeuble du Petit Varese était voué à la destruction. Le nouveau Maire, Pierre Cohen, face à l’indignation qu’a suscité ce projet décide de geler cette décision, afin de réfléchir sur le bien fondé de cette démolition. Mais a-t-on consulté les premiers concernés ; les locataires de l’immeuble ?
Autour de l’association résidente en pied d’immeuble, « Générations Réunies », se sont rassemblées, l’ASEM, la Régie de quartier, lesPetits Débrouillards, TO7, Voir et Comprendre, pour inviter les habitants à venir s’exprimer sur le devenir de leur immeuble.

Le jeudi 20 décembre 2008, à 17h, la tente blanche posée au pied de l’immeuble, était prête pour accueillir les habitants. Les chaises étaient disposées à l’intérieur tandis que Fatima, salariée de la Régie de quartier, s’activait à rendre le lieu agréable en disposant sur une table boissons et gâteaux. Elle n’avait rien laissé au hasard, même le chauffage avait été amené en cas de grande fraîcheur.

Vers 18h30, les habitants et habitantes ont commencé à descendre par petits groupes et se sont installés dans la tente. Toutes les générations étaient représentées, car parmi des mamans et des personnes plus âgées, hommes comme femmes, des jeunes se sont petit à petit rapprochés.

M. Adda, président de Génération Réunies, a alors ouvert la séance en se réjouissant de la présence importante de l’assemblée qui démontrait bien l’attachement que portait les habitants à leur immeuble. Il a ensuite présenté les trois projets possibles qui sont actuellement étudiés par la municipalité : la destruction de l’ensemble, le maintien dans sa totalité mais aussi un troisième qui consiste à amputer le tripode de deux de ses trois ailes.

Cyril qui travaille à L’ASEM a pris le relais pour annoncer que l’on procéderait à un vote sur les trois propositions. Poppy, habitante du quartier et architecte de profession, a présenté de possibles rénovations d’immeubles de la Reynerie. Il a été laissé ensuite libre cours à la parole des habitants. Un monsieur a pris la parole pour dire qu’il habitait ici depuis 33 ans et qu’il n’avait pas envie de quitter son appartement. D’autres se sont inquiétés des augmentations de charges générées par des travaux de rénovation, il a été rappelé la qualité et l’espace des appartements, une autre personne s’est inquiétée de savoir si le maintien de l’immeuble impliquait sa rénovation. Rapidement des petits groupes se sont formés afin de débattre plus facilement.

Ensuite, spontanément s’organise une file en direction de l’urne. Chacun et chacune tient son bulletin de vote dans la main.

Le dépouillement et recomptage opéré, Adda proclame le résultat. 62 votants, 57 pour le maintien de l’immeuble, trois pour le maintien d’une seule aile et 2 pour la destruction.
M. Adda a conclu avec l’espoir que les habitants seraient entendus par la Mairie. Il les a invités à se rendre à la rencontre prévue jeudi prochain avec Pierre Cohen.

Cette soirée où la parole habitante a pu s’exprimer en toute indépendance est exemplaire. La démocratie directe s’est invitée par la petite porte dans le cadre de la grande concertation participative organisée par la Mairie.

Répondre à cet article

1 Message

  • Lors de la rencontre entre les habitants du Mirail et le Maire de Toulouse M. Pierre Cohen, le jeudi 27 novembre, ce dernier a abordé les différentes possibilités envisagées autour du devenir de l’immeuble Petit Varese.

    En effet trois options sont proposées : la destruction pure et simple de l’immeuble, le maintien dans son ensemble ou la démolition de deux ailes sur trois.
    La préférence de l’équipe municipale allant à la troisième option.

    L’adjointe au maire, déléguée au Grand Projet de Ville, Mme Claude Touchefeu, en a donné l’explication : la Préfecture et l’ANRU tiennent au projet initial de destruction de l’immeuble pour obtenir des contreparties foncières. Quelque soient les raisons obscures qui poussent ces derniers dans cette option, ce marchandage institutionnel n’apporte rien au bénéfice des habitants qui ont été évincés des discussions et me semble peu adaptée à leurs besoins. Cette troisième solution ménage, simplement, la chèvre et le chou ; satisfaire en partie l’injonction préfectorale et éviter une colère frontale des locataires.

    M. le Maire a donné une information inexacte, car les deux barres du tripode qui devraient tomber ne sont pas actuellement inhabitées. En effet, plusieurs locataires vivent, encore, dans les appartements des cages d’escaliers destinées à être détruites. Il faudrait donc déplacer ces familles qui, pour la plupart, n’ont pas envie de quitter leur appartement.

    L’espace dégagé par la destruction du grand Varèse est largement suffisant pour réimplanter un projet urbanistique audacieux en cohérence avec le maintien de ce tripode, dont le bâti est de qualité. Une habitante du quartier, architecte de son état, a déjà planché sur un projet de réaménagement allant dans ce sens.

    Lors de la consultation indépendante organisée, le 20 novembre, en pied d’immeuble, auprès des habitants concernés, le résultat n’a donné que 3 votes pour la destruction des deux ailes alors qu’un vote massif c’est dégagé pour le maintien de l’ensemble du bâtiment, 57 pour sur 62 suffrages exprimés.

    Si Monsieur Cohen est cohérent avec l’esprit qu’il développe sur la démocratie participative, il devra tenir compte de ce résultat lors des futures rencontres, annoncées par lui-même, avec les habitants de Varèse. Espérons qu’il ne s’agira pas simplement de convaincre les locataires de l’utilité d’un projet auquel ils n’adhèrent pas.

    repondre message

Contact | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Florence Corpet, webmaster